Découvrez Bulletin d’Espalion en illimité Découvrir les offres

La chronique champêtre de Jean-Paul Pelras. Janique Aimée

Les chroniques. La chronique champêtre de Jean-Paul Pelras

La chronique champêtre de Jean-Paul Pelras. Janique Aimée

Certains vont encore dire que je ne supporte plus mon époque et que je me range définitivement du côté de ceux qui, pour fêter leur anniversaire, investissent désormais davantage dans les bougies que dans le gâteau.

L’évocation de cette série devrait pourtant m’exonérer de toute critique. Car elle fut diffusée chaque soir à 19h40, en noir et blanc et sur 52 épisodes, entre le 4 février et le 12 avril 1963. Autrement dit quelques mois avant le début de ma propre histoire.

Janique Aimée donc, illustre inconnue en ce qui me concerne et, de toute évidence, véritable égérie pour ceux qui avaient 20 ans quand Lautner tourne ses Tontons Flingueurs et quand Sheila nous dit que l’école est finie.

Voici donc l’intrigue : le soir de ses fiançailles avec Janique, le nommé Bernard reçoit un mystérieux coup de téléphone avant de disparaître subitement. Un lapin que cet ingénieur pose à la belle infirmière alors que toute la famille s’apprête à festoyer. C’est sans compter sur la détermination de la jeune femme qui, au guidon de son VéloSolex, va partir à la recherche de son amoureux. Et ce, en essayant de délayer le mystère qui entoure cette disparition sur fond d’espionnage industriel, de chantage et de séquestration.

Avec un rôle titre tenue par Jeanine Vila et les prestations d’Alice Sapritch, de Jacques Balutin ou encore de Marthe Villalonga. P

récisons enfin que, si vous croisez quelqu’un prénommée Janique, soyez à peu près certains que ses parents avaient la télévision en 1963. Et qu’ils l’ont regardé tous les soirs, au printemps de cette année-là.

Newsletter
Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Abonnez vous au Bulletin Espalion
Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
La chronique champêtre de Jean-Paul Pelras. Janique Aimée