Découvrez le Bulletin d’Espalion en illimité Découvrir les offres

Prévention des inondations et crues du Lot. Espalion : La chaussée du Moulin est menacée

Prévention des inondations et crues du Lot. Espalion : La chaussée du Moulin est menacée

Le Programme d'Actions de Prévention des Inondations (PAPI) a été lancée en 2013 par l'Entente Vallée du Lot, devenue en 2017 Syndicat Mixte Bassin du Lot, qui s'étend sur les départements de la Lozère, du Cantal, de l'Aveyron, du Lot et du Lot-et-Garonne. Il s'agit d'un vaste ensemble d'études et de préconisation destinées à réduire l'impact des inondations. À Espalion, la première action aboutie est le déploiement des batardeaux évoqué dans cette même édition (lire ici), mais d'autres aménagements sont à l'étude : percement d'un chenal à Recoules, aménagement d'une risberme à la Bouysse et arasement de la chaussée du Moulin.

La pré-étude, qui a été validée par le conseil municipal fin 2017 est terminée : les préconisations ont été faites, qui doivent encore faire l'objet d'une phase d'étude avant-projet. Localement, comme pour le déploiement des batardeaux (lire ici), le maître d'ouvrage en sera le Syndicat mixte Lot-Dourdou, qui regroupe 13 com'com, soit 121 communes, sur les départements de la Lozère, du Cantal et de l'Aveyron. Éric Picard en est d'ailleurs le nouveau président depuis le 24 septembre, et la première “inauguration” à laquelle il a procédée était celle des travaux d'arasement du seuil du Moulin de France, entre Cultures et Barjac, en Lozère. Des travaux qui relèvent de la prévention des inondations, mais également de la continuité écologique du cours d'eau. Un arasement qu'il a évoqué lors de la présentation des batardeaux, sans signaler les études ou projets en cours localement.

À lire : Espalion au fil des crues du Lot

À Espalion, le PAPI prévoit des aménagements à réaliser qui sont les suivants : création d'un chenal secondaire, aménagement d'une risberme “minimaliste” et “effacement du seuil” situé dans le centre d'Espalion. La création du chenal de Recoules se ferait sur un ancien bras du Lot, afin d'accélérer l'écoulement de l'eau pour des débits inférieurs à 200 m3/s. Long de 380 m, large de 50 et profond de 1 à 2 m, il nécessitera des enrochements et protections en entrées, sorties et talus, ainsi qu'un pavage. La risberme de la Bouysse, longue de 600 m et large de 100, est une sorte de talus précédé d'un replat permettant d'élargir, à partir d'un débit supérieur à 200 m3/s, le section d'écoulement au droit et en amont de la Bouysse. L'effacement de la chaussée du moulin, longue de 94 m, qui n'est autre que son arasement, doit restituer la continuité écologique du secteur (circulation des poissons et sédiments) et réduire la hauteur du bassin en amont.

Bien entendu, l'arasement de la chaussée ne se ferait que «sous certaines conditions» : les Bâtiments de France seront associés à l'étude, qui comportera également un volet environnemental et patrimonial, une baisse du niveau d'eau à l'étiage et la création d'un courant ayant forcément des conséquences sur les ouvrages (Pont-Vieux, quai et maisons). Le plan de financement estimatif fin 2017 était de 2.200.000 euros HT, dont 440.000 à la charge de la commune.

Certes, la réduction de l'impact des crues a un prix, sous réserve d'efficacité, mais l'“effacement”, doux euphémisme, de la chaussée, est-il réellement nécessaire ?

L'étude à venir nous le dira.

À lire aussi : Prévention des inondations : les dangers du remède

Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Abonnez vous au Bulletin Espalion
Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Prévention des inondations et crues du Lot. Espalion : La chaussée du Moulin est menacée