Découvrez le Bulletin d’Espalion en illimité Découvrir les offres

Maison des Compagnons . Le nouveau prévôt est une femme

Tous les trois ans, pour la rentrée de septembre, un changement de prévôt a lieu à la Maison des Compagnons du Devoir et du Tour de France, 6 impasse Cambon à Rodez. C’est ainsi qu’en remplacement du prévôt Ruben Van Renterghem, la jeune compagnon pâtissière, Léa Langereau, devient la nouvelle prévôt pour les départements de l’Aveyron, de la Lozère, du Cantal et du Lot, prenant de ce fait la tête d’une entité régionale forte de 70 itinérants.

Maison des Compagnons . Le nouveau prévôt est une femme
La nouvelle cheffe de la Maison des Compagnons à son bureau de Rodez : «Je suis très sensible aux valeurs de la transmission».

Les valeurs de la transmission avec Léa Langereau, compagnon pâtissière.

Native d’Angers, aujourd’hui âgée de 24 ans, Léa a commencé son entrée dans la vie active par un bac technologique et un BTS Cuisine à l’école hôtelière de La Rochelle, avant d’intégrer la Maison des Compagnons de Nantes.

À lire : Alexandre Elion : «La fantasy me permet de m’échapper de la réalité»

«J’avais envie de me spécialiser en pâtisserie, explique-t-elle. De plus, le parcours des compagnons m’a toujours intéressée pour son esprit de solidarité, pour les valeurs de la transmission, la vie en communauté, les voyages… J’ai effectué mon tour de France de 2018 à 2022, ce qui m’a permis de séjourner successivement dans les Maisons de Nantes, Paris, Pau et Strasbourg».

Sensible à la condition féminine

Son séjour de trois ans dans l’Aveyron boucle son tour de France, mais il incarne la continuité de son itinérance.

«J’ai librement choisi de devenir prévôt, poursuit-elle. C’est un grand plaisir d’être accueillie dans une région que je ne connais pas encore. Je me prépare à beaucoup de relationnel avec les entreprises aveyronnaises et les itinérants eux-mêmes à travers leur vie dans la maison. Il y a de plus en plus de femmes chez les compagnons, mais cela ne me paraît pas suffisant.

A l’origine, le compagnonnage était uniquement réservé aux hommes. On mesure une nette avancée en ce qui concerne l’implication des femmes dans le compagnonnage. La charge de prévôt est bien différente de mon métier de pâtissière. Mais ce qui est important, c’est d’être passionnée et d’avoir envie de permettre à chacun de s’accomplir dans le compagnonnage à travers son métier.

Les valeurs que nous souhaitons transmettre doivent être naturelles, comme la solidarité, la générosité et la fraternité. Probablement qu’un jour, je monterai ma propre entreprise, pour revenir à mon métier de pâtissière…».

À lire : Saint-Geniez d'Olt : de nouveaux bureaux et un tiers lieu

Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Abonnez vous au Bulletin Espalion
Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Maison des Compagnons . Le nouveau prévôt est une femme