Découvrez le Bulletin d’Espalion en illimité Découvrir les offres

Humeur Covid. Confinement : semaine 4

illustation du Bulletin d’Espalion

Cette quatrième semaine a commencé par l'annulation de la transhumance, du moins des fêtes d'Aubrac et de Bonnecombe, et s'achève par une nouvelle intervention d'Emmanuel Macron, fixant pour la première fois une date, le 11 mai, pour une éventuelle amorce de déconfinement. Autant la première semaine fut plutôt marquée par la surprise et l'obligation de s'adapter à être privés de liberté, la deuxième fut celle du temps qui dure trop longtemps et la troisième celle de l'agacement, autant cette quatrième semaine a plutôt été celle d'une résignation teintée de ras-le-bol.
Alors que nous avions envoyé à l'imprimerie notre précédente édition du Bulletin, nous apprenons l'annulation de la Fête de la Transhumance à Aubrac. Il est juste temps de modifier notre Une pour l'annoncer. Dans la journée, Le Parisien était l'un des premiers quotidiens à évoquer la possibilité que l'école ne reprenne pas avant la rentrée de septembre. On n'ose imaginer tous ces mois perdu pour les élèves, surtout ceux en difficulté, et ce que cela signifie pour les parents. Vont-ils pouvoir retourner au travail ? La vie reprendra-t-elle son cours ? La Mairie de Paris et le préfet de police annoncent l’interdiction de toute activité sportive individuelle à Paris entre 10 heures et 19 heures à partir du lendemain (c'est le jogging qui est visé).
Torture chinoise : l'Élysée annonce que le président nous parlera le 13 avril, c'est-à-dire dans 5 jours... On sait que ce ne sera pas pour nous annoncer les vacances ! Le débat entre chercheurs et médecins continue : pour le Docteur Perronne, chef du service des maladies infectieuses à l'hôpital de Garches, . Et d'ajouter . Il est bien sympathique ce docteur.
Cinquième matinée d'enlèvement de commandes chez Inter Distribution, pour une centaine de clients. C'est compliqué à gérer. Pâques approche, les deux premiers clients à nous avoir repris de la publicité (à part ID) sont des bouchers, les Drailles de l'Aubrac à Espalion et Conquet à Laguiole. Il faut bien se nourrir ! En début d'après-midi, la préfète de l'Aveyron communique un démenti sur le port du masque que des maires auraient voulu rendre obligatoire (celui de Sceaux, entre autres), rappelant que dans le cadre de l'état d'urgence sanitaire, seule la préfecture pourrait décider d'une telle mesure. Emmanuel Macron rend une visite (tenue secrète jusque-là) au professeur Raoult à Marseille. En fin de journée, via sa page Facebook, la mairie d'Espalion annonce avoir pris un arrêté interdisant .
Rien à signaler. Le confinement présente au moins un intérêt : nous cuisinons encore plus que d'habitude, entre autres un peu grâce à Cyril Lignac et à son émission confinée en direct. Les autorités annoncent des contrôles renforcés pour le week-end de Pâques : vu la situation, il est étonnant de devoir rappeler qu'on ne part pas en vacances... À Paris, les joggeurs envahissent l'espace public le matin et le soir.
En partant chercher une côte de bœuf pour notre repas pascal, j'ai l'impression de voir une apparition en bas de la côte de Boraldette : un couple de jeunes en train de faire de l'auto-stop, sans sac ni cabas, comme en balade. J'en suis autant étonné que lorque j'ai vu le dernier pélerin sur le chemin de Saint-Jacques la première semaine du confinement. En faisant la queue à l'épicerie, je vois passer un véhicule de gendarmerie partant vers Saint-Côme gyrophares allumés : peut-être les stoppeurs vont-ils se faire rappeler à l'ordre ?
 Il n’y aura pas les cousins et cousines, mais avant d’allumer mon barbecue (côte de bœuf oblige), je cache des œufs et des chocolats dans le jardin. Après la messe de la Résurrection dans une basilique et devant une place Saint-Pierre vides, le Pape François a prononcé sa bénédiction à la Cité et au Monde, un message d’espoir pour ceux qui souffrent en général et de la pandémie en particulier, en cette "Pâques de solitude", appel à la Paix dans le monde également, et au soutien des plus vulnérables. Contrairement à de nombreux Terriens ce jour-là, tout en étant confinés, nous mangeons largement à notre faim...
 Le “pic” de la pandémie semble avoir été remplacé par un “plateau”, comme en Espagne ou en Italie, avec un léger ralentissement des hospitalisations et des décès. En France, on a enregistré 9.588 décès à l'hôpital depuis le 1 mars et 5.379 décès dans les Ehpad, soit un total de 14.967 décès. En Aveyron, on compte 19 décès à l'hôpital, 57 hospitalisations en cours dont 5 en réanimation. Sur la semaine écoulée, c'est 1 mort par jour pour le département. Emmanuel Macron annonce à la télévision un prolongement du confinement jusqu'au 11 mai, avec possible réouverture des écoles à partir de cette date. Les mesures ne seront pas durcies et le Président considère que les Français ont plutôt bien supporté cette situation difficile.
 Le matin sur France Inter, Christophe Castaner rappelle . À Espalion, chez Inter Distribution, on envisage sérieusement une ouverture partielle à partir de jeudi. En Lozère, un acte de malveillance sur une ligne de fibre optique lundi en fin d'après-midi a privé près de 25.000 foyers lozériens et gardois d'Internet sur le réseau Orange, dont l'Aubrac lozérien, jusqu'à ce matin. Restent 4 semaines de confinement. Sans Internet, ce serait encore pire pour beaucoup de monde.

XP

Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Abonnez vous au Bulletin Espalion
Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Humeur Covid. Confinement : semaine 4