Découvrez Bulletin d’Espalion en illimité Découvrir les offres

La chronique champêtre de Jean-Paul Pelras. Les échantillons

Les chroniques. La chronique champêtre de Jean-Paul Pelras

La chronique champêtre de Jean-Paul Pelras. Les échantillons
Adobe Stock

Cet été, si vous êtes invités au restaurant, ne déclinez pas l’offre. Vous pourriez chagriner celle ou celui qui veut vous faire découvrir un lieu inédit, un chef réputé, une cuisine originale, un concept inégalé. Vous risquez alors de tomber dans un endroit distingué où l’on vous tire la chaise, où l’eau est toujours minérale, où le vin n’est jamais en pichet.

On y sert généralement, dans de grandes assiettes, des mets auxquels l’on n’ose pas toucher, car la décoration est magnifique, car on sait ce qu’ils vont nous coûter.

Voici quelques années, alors que je me trouvais par hasard dans un restaurant où un vieux campagnol devait y être entré par erreur, je fus témoin d’une scène cocasse. L’ancien, après avoir soigneusement essuyé son assiette, réclama le plat de résistance à la suite de ce qu’il considérait comme étant des “échantillons”. Deux ronds de courgettes gratinés, un petit carré de bœuf et un radis savamment épluché ne pouvant correspondre à cette substantifique ripaille à laquelle, moyennant le coût escompté, il pouvait dûment prétendre.

Autre alternative, le restaurant de famille, celui où on l’on vous sert encore la bouchée à la reine, l’entrecôte frite ou le gigot des dimanches sur son lit de flageolets. Sans aller jusqu’à dire que l’on peut mettre ici des ridelles autour des plats, permettez-moi, au risque de déplaire, de me prononcer pour ces lieux hospitaliers.

Ces lieux où l’on ne s’emmêle pas avec les couverts, où l’œuf mimosa, la poularde maison et l’île flottante, sont les seules références qui ne me font plus reculer.

Newsletter
Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Abonnez vous au Bulletin Espalion
Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
La chronique champêtre de Jean-Paul Pelras. Les échantillons