Découvrez le Bulletin d’Espalion en illimité Découvrir les offres

Religion. L'exception européenne

illustation du Bulletin d’Espalion

La fameuse expression attribuée à André Malraux " le vingt et unième siècle sera spirituel ou ne sera pas " a longtemps fait l’objet de controverses. L’avait-il réellement prononcée ? Interrogé à ce sujet, l’écrivain faisait une mise au point bien intéressante :   En une autre occasion, il avait précisé :   Peut-on dire ainsi que l’auteur de   s’est montré bon prophète ? Certes, le facteur religieux est revenu en force, c’est une certitude, confirmée par les meilleurs analystes des évolutions de l’humanité. Ainsi Samuel Huntington peut écrire :  , Odile Jacob. Partout ailleurs, le phénomène religieux s’accroît. Cependant, cette résurgence ne semble pas s’accomplir sous une forme semblable à celle du christianisme primitif. À certains égards, elle peut faire peur. André Glucksmann avait donné une interprétation pessimiste de la prophétie malrusienne en soulignant qu’il pourrait bien s’agir de l’avènement du plus redoutable fanatisme. Et beaucoup de phénomènes contemporains lui donnent raison. Car ce sont les critères de la modernisation, avec les garanties de l’État de droit occidental, qui sont mis à bas. Et c’est la figure même d’un universalisme humaniste qui se fissure.Dans ces conditions, quelques-uns font l’éloge d’une certaine Europe, dont l’agnosticisme et le libéralisme libertaire seraient les garants d’une civilisation heureusement affranchie de l’obscurantisme religieux. La déchristianisation du Vieux continent serait donc une des marques de notre originalité et de notre capacité de résistance. Il y aurait lieu de déconstruire soigneusement ce discours, qui commence par faire bon marché de ce que le christianisme a apporté à la formation d’une civilisation, d’un art de vivre. La Révélation biblique intervient pour éclairer la vocation profonde de l’homme et faire surgir ce qu’il y a de suprême et d’absolu dans sa liberté. De ce point de vue, la déchristianisation ne joue pas forcément au service de l’émancipation. Elle est souvent facteur de désintégration nihiliste. Hors de la sagesse qu’a élaborée le christianisme au long des siècles, il risque de se développer un retour à l’antique fatalisme, alors même que se défait la substance des rapports sociaux au gré d’un individualisme qui détruit les règles de ce qu’Orwell appelait  . Sans sa sève chrétienne, l’Europe n’est plus elle-même et n’a plus la capacité de résistance à ce qui défie son génie.

Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Abonnez vous au Bulletin Espalion
Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Religion. L'exception européenne