Découvrez le Bulletin d’Espalion en illimité Découvrir les offres

Santé. Peur, froid... Pourquoi avons-nous la chair de poule ?

Santé. Peur, froid... Pourquoi avons-nous la chair de poule ?

Comme beaucoup de mécanismes réflexes, la chair de poule est un héritage de nos très (très) lointains ancêtres. Quand les récepteurs à la surface de leur peau ressentaient le froid, ils en informaient leur cerveau et celui-ci commandait en retour la contraction de leurs muscles dits pilo-érecteurs (ou horripilateurs).

Soudain dressés à la verticale, leurs poils, alors très abondants, emprisonnaient une couche d’air isolante à la surface de leur peau. Aujourd’hui, quand nous superposons plusieurs couches de vêtements pour nous réchauffer, nous faisons un peu la même chose.

À lire : Bien Manger Bien Vivre : à quoi sert une cure de vitamine B6 ?

Pour comprendre pourquoi la peur produit le même effet, il faut là aussi chercher du côté de nos origines préhistoriques. A la vue d’un danger, le cerveau de nos ancêtres enclenchait une foule de mécanismes de défense, dont un ébouriffement de leur pilosité destiné à les rendre plus impressionnants aux yeux de leurs ennemis. Un peu à la manière des chats quand ils font le dos rond et ont le poil hérissé.

Plus étonnamment, avoir la chair de poule à l’écoute de musiques qui nous «remuent» ou à la contemplation d’un beau tableau pourrait relever du même principe. D’après les deux chercheurs à l’origine de l’étude parue sur le sujet en 2011, être émus nous rendrait plus vulnérables et nécessiterait donc d’enclencher les mêmes réflexes défensifs qu’en cas de danger.

À lire : Se laver les mains à l’eau froide est-il efficace ?

Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Abonnez vous au Bulletin Espalion
Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Santé. Peur, froid... Pourquoi avons-nous la chair de poule ?