Découvrez le Bulletin d’Espalion en illimité Découvrir les offres

Le coin aux souvenirs : coup de flash rétro. Le coin aux souvenirs : du côté de la Boule Espalionnaise

Le coin aux souvenirs : coup de flash rétro. Le coin aux souvenirs : du côté de la Boule Espalionnaise
Réunion des membres de la société, au Café Lacombe, avenue de la Gare, siège de la Boule Espalionnaise. De g. à d. : Pierrot Delmas, Loulou Morvan, Louisou Grignac, François Contini, Henri Hyacinthe, Michel Grippo, Henri Delbosq (années 1970).

Le 3 décembre 2003, Espalion connut la plus forte inondation depuis le XIXe siècle. Une inondation qui ravagea tous les bas quartiers de la ville et aussi le camping et le Foiral couvert par 2 mètres d'eau. Comme l'avaient été quelques années plus tôt les courts de tennis, le camping, le terrain de foot-rugby mais aussi le boulodrome qui subirent d'importants dégâts. Une inondation record mais battue au XIXe siècle par cinq inondations supérieures à la hauteur d'eau du Lot dans Espalion de 3,90 m et notamment les 5,75 m de 1875 où l'eau arrivait jusqu'au quai Affre entre les deux ponts. A noter que c'est au XIXe siècle que le Lot, dans sa furie, emporta toute la magnifique noiseraie qui couvrait le communal du Foiral.
Pour revenir en 2003, cette inondation ravagea complètement le boulodrome. A tel point et avec une société bouliste en sommeil, que le boulodrome ne fut pas restauré. A la place fut réalisé l'actuel parc pour les enfants. Créée le 3 septembre 1912, la Boule Espalionnaise fut la première société sportive de la cité précédant les quilles (1921) et le football (1924). Une société dynamique avec des joueurs de talent. Les Trassy, Séguier, Grignac, Champagnac, De Leonardis, Delbosc, Redolfi... portèrent haut les couleurs de la société tant dans le département qu'à la région ou dans les championnats de France (en 1986 Patrice Gril sera le dernier sociétaire à disputer celui des Espoirs à Dijon).

LE BOULODROME


La Boule Espalionnaise, dont le siège était avenue de la Gare (café Lacombe aujourd'hui Café des Arts), comptait parmi ses joueurs de nombreux ouvriers du bâtiment (maçons, charpentiers, menuisiers, électriciens, dessinateurs, métreurs...). Dans les années 1950, ils vont réaliser entièrement un magnifique boulodrome envié de tous les boulistes du département et même de la région. Et lors du concours de la société, en été, les boulistes viennent participer nombreux du département et des départements voisins. Souvent, pour certains, c'est la sortie familiale de leur club avec un pique-nique dans les allées à l'ombre des platanes.

 

FANNY


Le boulodrome du Foiral ne manque de rien. Dans un espace ceinturé de piquets béton grillagés sont tracés douze cadres bordés de bancs de ciment pour les spectateurs à l'ombre des ormes et des catalpas. Mais nos boulistes ne vont pas s'en tenir à l'aire de jeu. Côté route, ils vont ériger une maisonnette de bois, une véranda pour le bar, des WC. Dans la maisonnette, l'aménagement a prévu l'eau, l'électricité pour la lumière et le frigo, des casiers personnels pour les boules. Enfin, sur le mur extérieur, enfermée dans un petit placard, une magnifique céramique représentant une Fanny que les joueurs malheureux devaient embrasser dans sa partie la plus «dodue». Cette belle pièce fut malheureusement dérobée en octobre 2000 et ne fut jamais retrouvée alors que la Boule Espalionnaise disparaissait hélas définitivement.

 

Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Abonnez vous au Bulletin Espalion
Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Le coin aux souvenirs : coup de flash rétro. Le coin aux souvenirs : du côté de la Boule Espalionnaise