Découvrez le Bulletin d’Espalion en illimité Découvrir les offres

Décès de Simone Anglade : Disparition d’une figure de la politique aveyronnaise

On ne verra plus sa haute silhouette familière dans nos villages : Simone Anglade, l’indéboulonable et infatigable conseillère départementale du canton d’Espalion, puis du nouveau canton de Lot et Truyère, en binôme avec Jean-Claude Anglars, nous a quittés, selon la formule tristement consacrée, des suite d’une longue mala-die. Elle luttait pourtant avec un grand courage contre le cancer depuis plusieurs années, continuant à exercer son mandat localement et dans l’hémicycle à Rodez, en tant que vice-présidente de l’assemblée départementale, ainsi que ses responsa-bilités dans le monde associatif.

Décès de Simone Anglade : Disparition d’une figure de la politique aveyronnaise
Le président Giscard d’Estaing avait remis la légion d’honneur à Simone Anglade en 2012 dans l’église du couvent de Malet à Saint-Côme.

La nouvelle est tombée lundi 2 septembre au matin et s'est répandue comme une traînée de poudre dans tout le département, et plus particulièrement dans le nord et la Vallée du Lot. L'émotion était palpable sur les réseaux sociaux, où des centaines d'anonymes ont très rapidement partagé la nouvelle de ce décès, montrant la popularité de cette ancienne technicienne agricole de 68 ans. Simone Anglade était la plus ancienne élue du Conseil départemental, où elle siégeait depuis octobre 1988. Lors de ce premier mandat, elle était d'ailleurs la seule femme de l'assemblée aveyronnaise. Vice-présidente depuis 2001, elle y présidait la commission de l’action sociale, des personnes âgées et des personnes handicapées. Mais avant l'échelon départemental, elle est passée par la mairie de Castelnau-de-Mandailles, son village, où elle avait été élue en 1977, à l'âge de 26 ans, ce qui faisait d'elle la plus jeune maire de France. Elle était d'ailleurs toujours maire honoraire de la commune.
, précisait-elle dans son discours, s'adressant au président Giscard d'Estaing, lors de la cérémonie de remise de sa légion d'honneur. C'était en 2012 à Saint-Côme d'Olt, au couvent de Malet, où l'édile avait été scolarisée. Par la suite, et parallèlement à son mandat départemental, Simone Anglade avait brigué la mairie d'Espalion lors des élections de 1995 face à Gilbert Cayron, qui succédait alors à son père Maurice. Ce fut sa seule défaite, et elle effectua ce mandat dans l'opposition municipale en compagnie d'Éric Picard, qui était son colistier.
Outre son engagement politique, Simone Anglade a également beaucoup œuvré dans le monde associatif, par le biais du Festival de la randonnée pleine nature, ou encore de l'association “Sur les pas de Saint-Jacques”, qu'elle a contribué à créer en 1987 aux côtés de Germain Saltel. Elle qui a “fait” le Chemin jusqu'à Saint-Jacques pour ses 50 ans, en 2001, savait déjà tout le potentiel du GR65 pour la région, bien avant que les pélerins ne passent par milliers entre Le Puy et Conques. Elle mettait dans ses actions autant de conviction qu'en politique, et la même force qui lui avait permis de surmonter les suites d'un grave accident de la route en 1978. Simone, comme beaucoup de monde l'appelait familièrement, avait également créé l'Association départementale des Élues aveyronnaises, occupé le poste de secrétaire générale de la Fédération départementale des Foyers ruraux, où elle siégeait toujours pour le Conseil départemental, était membre du bureau de l’ADEFPAT (Association pour le développement par la Formation des pays de l’Aveyron, du Tarn, du Lot, et du Tarn-et-Garonne), avait créé le Foyer rural de Castelnau, était membre de l'association Rouergue-Pigüé... Autant d'associations, et nous en oublions, qu'elle animait ou auxquelles elle apportait son soutien souvent actif.
À toute sa famille, le Bulletin d'Espalion présente ses plus sincères condoléances, et s'associe à la peine des habitants de Castelnau, doublement touchés cette année après le décès de Jean Boyer.
Les obsèques de Simone Anglade auront lieu ce jeudi 5 septembre à 15h à Castelnau.

XP

Photo : Le président Giscard d’Estaing avait remis la légion d’honneur à Simone Anglade en 2012 dans l’église du couvent de Malet à Saint-Côme.

Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Abonnez vous au Bulletin Espalion
Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Décès de Simone Anglade : Disparition d’une figure de la politique aveyronnaise