Découvrez le Bulletin d’Espalion en illimité Découvrir les offres

Chronique agricole. Dans la rue, pour la ruralité

illustation du Bulletin d’Espalion
Plusieurs dizaines de milliers d’acteurs de la ruralité (chasseurs, agriculteurs, pêcheurs…)… ont manifesté dans plusieurs villes françaises le samedi 18 septembre pour défendre leur cadre de vie. Ils étaient par exemple 10 000 à Redon, au cœur de la Bretagne. À Amiens, où avaient convergé des manifestants de toute la région des Hauts-de-France, on comptait 12 000 personnes dans les rues de la capitale picarde, portant des gilets orange fluo et saluées par des infirmières aux fenêtres d’un EPHAD, ce qui prouve la bonne réception locale de leur combat.
Si Xavier Bertrand, président de la région attirait l’attention des journalistes dans le carré des officiels, non loin du patron des chasseurs Willy Schraen, d’autres élus avaient choisi de manifester au sein du cortège, comme Paul Mougenot, jeune conseiller départemental de l’Aisne, adjoint au maire d’Aguilcourt et élu de la Coordination rurale au sein des chambres d’agricultures. Aux côtés de son père, celui qui est également président de l’Association nationale de conservation du petit gibier (ANCPG) se félicitait d’un car venu d’une commune de son canton : « C’est très bien organisé, c’est bon enfant et à vrai dire une telle mobilisation est assez impressionnante. »
Des rassemblements similaires ont également eu lieu à Mont-de-Marsan, Caen, Charleville-Mézières et Forcalquier. Au menu de leurs revendications : la défense des « traditions » et du « monde rural menacé » par certaines dispositions législatives ou gouvernementales. Parmi leurs cibles préférées, Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique du gouvernement Castex. « En cette fin de quinquennat, Emmanuel Macron a de plus en plus de mal à trouver un équilibre entre les aspirations de la ruralité, bien prises en comptes par Julien Denormandie au ministère de l’Agriculture et les revendications des écologistes », note un bon connaisseur du sujet. Rappelons que ce sont les décisions hostiles relatives à des modes de chasse ancestraux qui ont mis le feu aux poudres, déclenchant cette impressionnante marée orange. Soulignons enfin que pour l’instant ces manifestations se sont déroulées dans le plus grand calme et en l’absence de toutes violences.
Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Abonnez vous au Bulletin Espalion
Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chronique agricole. Dans la rue, pour la ruralité