Découvrez le Bulletin d’Espalion en illimité Découvrir les offres

Élections des 20 et 27 juin. Ne confondez pas régionales et départementales

Élections des 20 et 27 juin. Ne confondez pas régionales et départementales

Les 20 et 27 juin auront lieu les élections départementales et régionales, intialement prévues en mars et repoussées à cause de la crise sanitaire. Alors que les listes pour les régionales se déposent à l'échelle de l'Occitanie, avec des têtes de listes par département, les candidats aux élections départementales, anciennes cantonales, se présentent par binômes sur chaque canton. Ces derniers ayant été redécoupés pour les élections de 2015.
Régions et départements sont deux échelons politiques différents, n'ayant pas de rapport “hiérarchiques” entre eux, et qui gèrent des pans de notre vie bien distincts : par exemple, les régions sont compétentes sur les lycées et les universités, les départements sur les collèges, ou encore le social (l'APA, Allocation personnalisée d'autonomie pour les personnes âgées et le RSA, Revenu de solidarité active), et si les régions sont en charge du transport public, les départements gèrent leur réseau routier. Mais c'est bien plus complexe, surtout si l'on tient compte que d'autres compétences relèvent des communes, communautés de communes et agglomérations...

Moins de cantons, autant de conseillers


Il y a deux ans, l'idée de fusionner les mandats régionaux et départementaux ressurgissait de manière fugace. Le projet avait été adopté en 2010 sous la présidence de Nicolas Sarkozy et instaurait un mandat unique de “conseiller territorial” qui devait siéger à la fois au département et à la région. Une loi abrogée par François Hollande en 2012, ce que les mauvaises langues avaient mis sur le compte d'un calcul politique, la gauche détenant alors presque toutes les régions, dont le système d'élection est plus éloigné de la base que celui des départements. Cette réforme aurait peut-être eu le mérite de la simplification, et en tout cas celui de réduire le nombre d'élus.
Mais c'est une autre réforme territoriale qui a vu le jour, toujours sous François Hollande : les cantons, échelon local du département, ont été redécoupés en 2014, et les régions agrandies en 2015. Le système des élections régionales n'a pas été modifié, avec un scrutin de liste proportionnel à l'échelle de la région, alors que les anciennes cantonales ont évolué avec l'instauration des binômes : concrètement, le nombre de cantons a été réduit par deux, mais on y élit un binôme mixte de deux titulaires (et deux remplaçants). Pour l'Aveyron, la réforme territoriale a donc fait passer la carte du département de 46 à 23 cantons, mais 46 conseillers siégent toujours à Rodez.

 

Les manœuvres commencent en Aveyron


C'est Jean-François Galliard qui est actuellement à la tête du département, où il a succédé à Jean-Claude Luche. Mais la majorité départementale s'est trouvée une nouvelle tête de file avec le député Arnaud Viala, candidat sur le canton de Raspes et Lévézou, qui revendique parmi ses soutiens 80% des sortants de cette même majorité. Bien entendu, l'élection du chef de l'exécutif départemental dépendra du résultat des urnes. Sur le Nord du département, il a obtenu le soutien des binômes Bessaou-Calmelly (Causse-Comtal), Presne-Naudan (Lot et Palanges) et Lafon-Anglars (Lot et Truyère). A l'heure où nous bouclons cette édition, on ne sait pas encore comment le président Galliard, actuellement élu sur le canton de Millau-2, se positionnera dans cette situation inédite…
Au niveau régional, on sait que le député Stéphane Mazars sera tête de file pour l'Aveyron de Vincent Terrail-Novès, maire de Balma, dont la liste est soutenue par La République En Marche, mais les listes sont souvent constituées de candidats “hors-sol”. Leur nombre varie selon la population des départements, l'Aveyron en comptant une dizaine, contre une quarantaine pour la Haute-Garonne, soit environ 175 par liste pour 158 sièges à pourvoir.

 

Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Abonnez vous au Bulletin Espalion
Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Élections des 20 et 27 juin. Ne confondez pas régionales et départementales