Découvrez le Bulletin d’Espalion en illimité Découvrir les offres

Santé. Grossesse : pourquoi calculer le terme en semaines d’aménorrhée ?

Santé. Grossesse : pourquoi calculer le terme en semaines d’aménorrhée ?
Aménorrhée signifie littéralement «absence de règles» (Site du Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français). Les médecins et les sages-femmes utilisent ce mot pour dater la grossesse et se repérer sur le calendrier de suivi car il donne une indication de temps bien plus précise que la date présumée de la fécondation. Autant il est facile de connaître la date du 1er jour de ses dernières règles, autant il est difficile de déterminer le jour exact où l’on est tombée enceinte : toutes les femmes n’ovulent pas forcément le 14e jour de leur cycle.
En France, un bébé est donc considéré à terme à 41 semaines d’aménorrhée, ou 39 semaines de grossesse. Mais ce n’est pas le cas partout. Aux Etats-Unis, par exemple, les bébés sont considérés à terme à 40 semaines d’aménorrhée. Voilà pourquoi de l’autre côté de l’Atlantique, quand bébé tarde à montrer le bout de son nez, on peut facilement laisser passer 8-10 jours avant de déclencher l’accouchement. Ici, les médecins attendent beaucoup moins.
L’aménorrhée secondaire, c’est-à-dire l’interruption du cycle menstruel, est physiologique pendant la grossesse, l’allaitement et la ménopause. En dehors de ces cas, elle nécessite un avis médical. L’aménorrhée primaire, c’est-à-dire l’absence de règles chez une jeune fille âgée de plus de 16 ans, doit elle aussi inciter à consulter.
Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Abonnez vous au Bulletin Espalion
Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Santé. Grossesse : pourquoi calculer le terme en semaines d’aménorrhée ?