Découvrez le Bulletin d’Espalion en illimité Découvrir les offres

Histoire. Denys Puech, du petit berger au grand sculpteur (épisode II)

Histoire. Denys Puech, du petit berger au grand sculpteur (épisode II)
Portrait de Denys Puech - Musée Denys Puech.

Nous sommes en 1870, année fatale qui sera marquée par la guerre franco-allemande. Denys Puech a désormais seize ans, ou est sur le point de les avoir. Depuis la fameuse journée d’Estaing, sa décision est prise : il sera sculpteur et rien d’autre. Sa mère a dû, une nouvelle fois, se faire l’avocate de son fils, puisque Jean Puech est maintenant prêt à accepter le choix de Denys. Louis, le frère aîné, a également largement soutenu le jeune berger, étant donné que c’est lui qui est à l’origine du rendez-vous qui décidera de l’avenir de Denys. Pensez ! un rendez-vous avec François Mahoux, l’auteur tant admiré de la statue de François d’Estaing ! L’artisan-sculpteur, d’origine audoise, vit depuis un bon nombre d’années à Rodez où son affaire est florissante. Ressemblant quelque peu à Socrate (ne dit-on pas que sa tête évoque celle d’un vieux faune ?), Mahoux, descendant d’une famille de marbriers, est un homme attaché au labeur mais qui, en même temps, a su conserver une grande humanité. Devenir son apprenti ne signifiera donc pas se retrouver au bagne, bien au contraire.

Apprenti chez le maître Mahoux


Le jour J, Denys, accompagné de ses parents, se présente à l’atelier ruthénois de François Mahoux avec le secret espoir d’être engagé et, surtout, formé par le maître. D’emblée, Mahoux commence à examiner les œuvres de l’adolescent, lequel a apporté ses deux boules en bois imbriquées l’une dans l’autre ainsi que deux bas-reliefs exécutés selon des gravures anciennes (représentant respectivement une assemblée d’évêques et la définition du dogme de l’Immaculée-Conception). Reconnaissant la valeur de ce travail, notamment la justesse des proportions, Mahoux félicite le jeune homme de même que ses parents pour la décision qu’ils ont prise de lui laisser Denys comme apprenti. Et au père qui, loin d’être encore convaincu du talent de son fils, posa la question de savoir s’il pourrait gagner sa vie en sculptant, le maître répondit sans hésitation aucune : "Je vous le garantis, ce sera un artiste !" Et voilà Denys engagé aux conditions ordinaires de l’époque, c’est-à-dire que son apprentissage se fera sur une durée de quatre ans, sans rémunération, le maître devant toutefois subvenir à tous ses besoins. Dans un premier temps, Mahoux apprend à Denys à modeler la terre glaise. Mais, très vite, il s’aperçoit que son élève est un surdoué, de sorte qu’il ne tarde pas à lui confier des tâches habituellement réservées à des ouvriers chevronnés. Des mains habiles de Denys vont bientôt sortir des autels, des chaires et même des monuments funéraires. Son travail est à ce point soigné que Mahoux ne juge pas nécessaire d’y apporter la moindre retouche. Mieux, le maître, pleinement satisfait de son apprenti, décide de le récompenser en le rétribuant au bout de cinq mois seulement de présence dans l’atelier. Non seulement Denys est naturellement doué, mais, comme tout bon Aveyronnais qui se respecte, il se révèle être un travailleur acharné. Le temps des incessantes rêveries est bien révolu ! D’autre part, son souci de la perfection le pousse sans cesse à s’améliorer. Dans ce but, il complète son apprentissage en allant suivre, chaque soir (de 20 heures à 22 heures), les cours de dessin pour adultes qui sont dispensés, gratuitement, dans l’école communale du quartier. Egalement conscient de ses lacunes en culture générale, souffrant terriblement d’avoir été si tôt retiré de l’école, il attend avec impatience les régulières livraisons de livres que ne manque jamais de lui faire son frère Louis. Celui-ci, son baccalauréat en poche, s’est installé à Paris afin de suivre des études de Droit (son objectif : devenir avocat). Occupant une mansarde dans le quartier de Belleville, il pourvoit à son existence grâce à une place de surveillant dans un établissement scolaire et aux quelques cours particuliers qu’on veut bien lui confier.

 

Quand l’élève dépasse le maître et part à la Capitale


Cela fait maintenant bientôt deux ans que Denys travaille chez Mahoux. D’autres que lui auraient sans doute pu se satisfaire de cet emploi et se contenter de devenir un des meilleurs ouvriers du maître. Mais Denys a de bien plus grandes ambitions. Pressent-il aussi ce formidable destin qui l’attend ? Peut-être… Toujours est-il qu’il estime n’avoir plus rien à apprendre de Mahoux, l’élève étant d’ailleurs sur le point de dépasser le maître. Pour Denys Puech, il est clair que l’atelier ruthénois ne doit être qu’une étape, une première étape d’une carrière qui s’annonce prometteuse et purement artistique. Cependant, le petit berger de Gavernac n’oubliera jamais François Mahoux. Parvenu à un certain degré de notoriété, il obtiendra une distinction honorifique pour son vieux maître, ce qui donnera lieu à une fête — à Rodez — dont les éclats viendront illuminer les derniers mois d’un homme (Mahoux décédera en 1901) qui, sans avoir été un artiste de génie, fut, pour le moins, un sculpteur de talent. Cette parenthèse refermée, revenons à Denys sur le point de rejoindre son frère dans la Capitale. En effet, Louis vient de proposer à son cadet de venir habiter avec lui, sachant pertinemment que seule Paris peut offrir au jeune sculpteur l’opportunité de devenir un grand artiste. Denys n’en est pas moins persuadé, étant depuis longtemps attiré par la Capitale comme un papillon de nuit par la lumière d’un réverbère. Un matin du mois de mai 1872, l’ancien apprenti de Mahoux débarque sur le quai de la gare d’Orléans (aujourd’hui gare d’Austerlitz) où son frère est venu l’attendre. Après lui avoir montré l’endroit où il allait désormais résider, Louis l’entraîne au quartier latin pour lui présenter quelques compatriotes et amis. Mais, dès le lendemain, Denys doit trouver du travail pour assurer sa subsistance, ne pouvant espérer être nourri par son frère qui n’en a, du reste, pas les moyens (ce dernier lui garantit un toit au-dessus de sa tête, ce qui est déjà beaucoup). Les premières démarches de Denys Puech se montrent malheureusement infructueuses. Il est vrai que sa tenue campagnarde et son fort accent rouergat ne lui facilitent pas la tâche. Essuyant refus et autres moqueries, il envisage très sérieusement de retourner à Rodez lorsque la chance va enfin lui sourire. A proximité du boulevard Voltaire se trouve l’atelier de l’ornemaniste Feugère. Denys s’y présente, avec la peur d’être une nouvelle fois éconduit sans même avoir eu la possibilité d’exposer ses qualifications. C’est Feugère lui-même qui le reçoit. L’homme, d’aspect bourru, commence à questionner notre jeune Aveyronnais sans ménagement : "Tu viens de la province et tu crois pouvoir travailler à Paris ; que sais-tu faire ?
— Tout, lui répond Denys.
— Le bronze ? — Oui. — Le Marbre ? — Oui.
— La Pierre ? — Oui.
— Sais-tu modeler le plâtre ? — Oui.
— Eh bien ! tu as un fier toupet, ce n’est qu’à Paris qu’on le modèle.
— Je l’ai déjà fait, puisque j’ai modelé en plâtre, pour le compte du patron que j’ai quitté, la maquette d’un monument funéraire.
— Je sais que tu ne sais rien faire, mais tu m’as l’air d’avoir un fier courage ; reviens demain."
Après avoir serré la main de son futur patron, Denys se retira et n’oublia pas de retourner à l’atelier, comme convenu, dès le lendemain matin. A son arrivée, Feugère lui donna une tâche à accomplir, la réalisation d’on ne sait quels motifs ornementaux, avec pour toute consigne quelques vagues indications. Sans doute cet essai fut-il concluant, puisque Denys fut engagé avec un salaire de deux francs par jour. Cette somme paraît peu élevée — même pour l’époque — et on imagine sans peine combien ont dû être difficiles les débuts de notre Rouergat dans la Capitale, devant gérer son budget au mieux pour pouvoir manger à sa fin. Toutefois, cette situation précaire ne dura pas très longtemps, Feugère, agréablement impressionné par le travail fourni par son nouvel ouvrier, augmentant régulièrement la rémunération de ce dernier. En peu de temps, Denys parvint à gagner huit francs par jour, soit le salaire le plus élevé de tout l’atelier. Encore une fois, on aurait pu penser que cette réussite aurait suffi à l’ancien berger de Gavernac qui, dorénavant, pouvait vivre aisément de son travail. Mais c’était mal connaître Denys dont les aspirations le poussaient à devenir un artiste reconnu. Toujours dans le but avoué de s’élever dans son art (la sculpture), il parvint à trouver, dans la Capitale, quelques cours gratuits dispensés par des sculpteurs soucieux de partager leurs techniques. Néanmoins, pour pouvoir en bénéficier, il devait renoncer à son travail à plein temps pour ne plus travailler qu’à mi-temps, d’où une sensible perte de salaire, lequel tomba à quatre francs par jour. Cela s’avéra néanmoins suffisant pour que Denys puisse poursuivre ses diverses formations. Sa boulimie d’apprendre le poussa même à suivre, le soir, l’enseignement pour adultes (toujours gratuit) que l’on donnait au sein de l’Ecole des Arts décoratifs de la Ville de Paris. De sorte que ses journées ne s’achevaient jamais avant 22 heures, moment où il allait retrouver son frère sur la place du Panthéon, à la sortie de la bibliothèque Sainte-Geneviève (le studieux Louis y consultant régulièrement de très nombreux ouvrages). Il était temps, ensuite, pour les deux jeunes hommes de regagner leur domicile. Denys suivit très scrupuleusement ce programme pendant de longs mois, jusqu’à ce qu’il soit autorisé à assister aux cours du soir de l’Ecole des Beaux-Arts de la rue Bonaparte. Au bout de trois mois de fréquentation de cet établissement prestigieux (mais de façon trop "occasionnelle" à son goût), Denys reçut enfin la nouvelle qu’il espérait tant : son admission, en 1873, à cette Ecole qui avait formé et continuait de former les plus grands artistes. Ainsi se concrétisaient ses rêves les plus fous…
À suivre…

 

 

Pascal CAZOTTES

 

Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Abonnez vous au Bulletin Espalion
Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Histoire. Denys Puech, du petit berger au grand sculpteur (épisode II)