Découvrez le Bulletin d’Espalion en illimité Découvrir les offres

Conseil départemental de l’Aveyron. L’Aveyron en première ligne de la gestion de crise Covid-19

Nos lecteurs trouveront, ci-après, le compte rendu de notre confrère du Villefranchois, Eric Laschon, qui s’est entretenu ce lundi matin 27 avril avec le président de l’exécutif aveyronnais au sujet de la gestion de crise Covid-19 par le Département.

Conseil départemental de l’Aveyron. L’Aveyron en première ligne de la gestion de crise Covid-19

Au cœur d’une crise sans précédent, l’échelon départemental a une nouvelle fois montré toute sa pertinence et sa réactivité. Jean-François Galliard, le président du Conseil départemental, évoque les mesures prises par sa collectivité pour venir en aide aux Aveyronnais.

Eric Laschon : Comment le Département s’était-il préparé à la mise en place du confinement ?

Jean-François Galliard : Nous étions quelques-uns à avoir senti que nous n’échapperions pas à la mise en place de ces mesures. Aussi avions-nous commencé à réfléchir à la façon dont nous allions pouvoir nous adapter à cette situation. Dès le 17 mars, nous étions en mesure d’appliquer les mesures du confinement tout en continuant à assurer les missions du Conseil départemental tant au niveau du suivi des routes, que de l’APA, du versement des prestations sociales ou du paiement des entreprises. Depuis le confinement, nous sommes donc au travail au service des Aveyronnais et la maison continue de tourner avec une coordination permanente avec les autres collectivités ou organismes qui interviennent pour la gestion de cette crise.

E.L. : Où en sommes-nous concernant l’approvisionnement en masques ?

J.-F.G. : Dès le début nous avions constitué un stock pour permettre aux services du Département de fonctionner. Une fois tout le monde équipé, nous avions un reliquat de 10.000 masques qui ont été mis à la disposition des personnels de l’aide à domicile. Nous avons ensuite passé une commande de 237.000 masques via un groupement d’achat régional. Puis nous en avons à nouveau commandé 41.000 supplémentaires portant le nombre total des masques à 288.000 que nous avons distribués aux Ehpad, aux établissements dont nous avons la gestion et à l’aide à domicile. Pour ce qui concerne le gel hydroalcoolique, nous avons fait appel à Nutergia qui nous a fourni 25.000 flacons qui ont été acheminés gratuitement par la société Geodis à qui je rends hommage pour ce beau geste. Nous sommes actuellement à la recherche de surblouses dont on nous dit qu’elles commencent à manquer. Nous cherchons des entreprises aveyronnaises qui seraient en mesure de nous fabriquer du matériel de ce type et nous avons pris contact avec la société Bancarel et Sophie Cépière.

E.L. : Et concernant la mise à contribution du laboratoire départemental ?

J.-F.G. : Quand j’ai entendu dire qu’il allait être possible aux laboratoires départementaux de se joindre au dispositif de dépistage, j’ai tout de suite fait savoir à l’Agence Régionale de Santé (ARS) que nous y étions tout disposés. Nous sommes prêts à intervenir à ce niveau mais c’est l’ARS qui décide et pour le moment il semble qu’elle n’ait pas besoin des moyens départementaux sur ce sujet.

E.L. : Pour la reprise dans les collèges, qu’est-ce qui est prévu ?

J.-F.G. : Nous attendons les précisions du gouvernement, mais à notre niveau nous avons fait en sorte que les agents dépendant du Département disposent de l’ensemble des équipements. Pour le reste, la gestion de cette reprise incombe aux chefs d’établissements qui pourront toutefois compter sur notre aide dans la mesure de nos possibilités.

E.L. : Nous traversons des moments difficiles mais il y aura un après. Comment le paysage se dessine-t-il pour notre département ?

J.-F.G. : Sur le plan économique il faut s’attendre à d’importantes difficultés pour certaines de nos entreprises qui auront besoin de notre solidarité. Ce que je peux dire, c’est que le Conseil départemental est et sera au rendez-vous. Depuis le 17 mars, le Département a injecté 44,7 millions d’euros dans l’économie en émettant 4.000 mandats de paiement. Sur cette somme il y a 5,60 M€ qui ont servi au paiement des entreprises dont 3 M€ pour la voirie, 900.000 € sur les bâtiments et 800.000 € en investissement auprès des communes. Sur les 39 M€ restants, nous avons continué le versement de l’APA et des prestations sociales, notamment au niveau du handicap. Nous avons versé 12 M€ en salaires des personnels et 8 M€ pour différentes autres dépenses. Tout ceci constitue une grosse enveloppe qui soutient l’économie aveyronnaise. Nous aurons des défis à relever, comme celui de l’aéroport sur lequel je nourris certaines inquiétudes. Cette crise va considérablement bouleverser notre situation et nous aurons besoin de toute la solidarité dont les Aveyronnais savent faire preuve pour surmonter les difficultés. Il nous faut miser sur l’économie locale, sur les circuits courts et sur l’élan de générosité qui s’est manifesté autour des Ehpad par exemple. L’avenir passera par le local, j’en suis convaincu, et nous avons une carte à jouer car il y aura, un jour ou l’autre, et cette crise aura peut-être précipité les choses, un exode urbain vers des zones moins peuplées, avec une bonne qualité de vie, plus de sécurité et désormais aussi un paramètre portant sur la sécurité sanitaire. L’Aveyron a des atouts et nous devrons nous en saisir pour nous dessiner un nouvel avenir.

 

Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Abonnez vous au Bulletin Espalion
Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Conseil départemental de l’Aveyron. L’Aveyron en première ligne de la gestion de crise Covid-19