Jeudi 29 Septembre 2022
Connexion
> Créer un compte
Nous Contacter Notre page Facebook Notre compte Twitter Notre compte Instagram

Actualité - 18/08/2022 - Actualité

Animations estivales

Le succès des marchés nocturnes

cliquez ici pour agrandir l'image
Le logo du Label “Marchés des Producteurs de Pays”.

Tous les mercredis depuis le début de l’été, les marchés nocturnes des producteurs de pays rassemblent entre 300 à 1.000 personnes environ à Espalion. Une manifestation qui séduit aussi bien les locaux que les touristes et qui s’est développée sur l’ensemble du Nord-Aveyron et même au-delà des frontières du département. Retour sur un succès.

Saviez-vous que le label marché des producteurs de pays est une invention aveyronnaise ? Et plus précisément du Nord-Aveyron. C’est en 1989 que les premières foires de ce type voient le jour en Aveyron. Cette initiative est notamment portée par Sylvette Hermet, ancienne maire du Cayrol qui rêve d’un marché où seront rassemblés uniquement des producteurs. Ils vendront leurs produits en direct pour garantir aux consommateurs la qualité et les origines paysannes de leurs achats. 

Saint-Geniez d’Olt : précurseur 

En 1990, à Saint-Parthem, dans le bassin decazevillois, naissait le premier marché nocturne des producteurs de pays. Il faudra attendre quelques années pour que ce phénomène s'implante dans le Nord-Aveyron. La cité marmotte est la première commune à organiser un marché nocturne. «Je suis devenu maire en 1995, et on a organisé le premier marché nocturne en 1996. Au début c’était assez timide, il y avait de l’aligot-saucisse et des producteurs locaux. Dès l’année suivante, le concept s’est énormément développé. L’événement a été labellisé “marché des producteurs de pays” quelques années plus tard. Le but était de faire sortir les touristes des campings et de leur proposer une activité», explique Jean-Claude Luche, ancien maire de Saint-Geniez d’Olt et président du conseil général.

À découvrir : Jacques Molières : Sale temps pour le monde agricole

En 2007, la marque est déposée auprès de l'Institut national de la propriété industrielle (INPI) et devient la propriété des Chambres d’Agriculture. Aujourd’hui, en Aveyron, ce sont 250 adhérents et 130 marchés en période estivale. Ces marchés sont désormais déclinés sur plusieurs formats : réguliers, saisonniers ou événementiels. La charte garantit la qualité fermière des productions, des produits et des spécialités locales, de saison, un contact direct avec l’agriculteur… Depuis 2014, la mairie d’Espalion organise toutes les semaines des marchés nocturnes des producteurs de pays. Une manifestation qui rassemble une quinzaine d’exposants. Une fréquentation difficile à estimer et variable selon la météo. Une seule chose est sûre, la municipalité met à disposition 600 places assises. 

Ouverts à partir de 18h, les producteurs comme les visiteurs sont satisfaits par ces marchés. Pour ce qui est du panier moyen, il faut compter entre 15€ et 20€ pour dîner, sans les boissons. Et plus précisément, la barquette d’aligot était affichée à 5€, la saucisse grillée à 3,50€, le chou farci à 6€, le pichet de bière à 2€, une salade avec deux toasts de chèvres chauds à 5€, le farçou à 1€ et la boule de glace à 2,50€ sur le marché nocturne de Saint-Côme d’Olt, le 10 août 2022.

Marchés nocturnes, gourmands, traditionnels…

Mais attention, un marché nocturne n’est pas obligatoirement un marché des producteurs de pays. Si c’est le cas, le label sera exposé et mentionné. Par exemple, les deux marchés organisés à Saint-Côme sont juste des marchés nocturnes où il peut y avoir des fabricants comme des revendeurs.

Certaines communes planifient désormais des marchés gourmands comme à Laguiole ou à Estaing. Ils ont pour spécificités de présenter uniquement une alimentation fine, des produits du territoire et respectant les circuits courts. Mais attention, cette appellation n’est pas un label.

Il n’y a donc pas de charte ou d’obligation. Un marché dit traditionnel est simplement un marché constitué par le rassemblement, à jours fixes, de commerçants et de producteurs.

À lire : L’été et le délicat partage de la chaussée

à la une
Abonnement et lecture
Derniers articles