Pays d'Entraygues - 04/08/2022 - Golinhac

Golinhac : la plus grande fleur de l'Aveyron

cliquez ici pour agrandir l'image
Les fleurs de l’Agave havardiana.

Depuis l'émergence le 20 mai de la hampe florale au cœur de la rosette de feuilles basales, cette grosse asperge a eu au début une croissance très rapide (20 cm par jour) qui s'est progressivement ralentie avec l'apparition des premiers rameaux florifères le 4 juin.

Ces derniers portent des petits bouquets de fleurs sans pétales apparents, laissant apparaître les étamines et le pistil dirigés vers le haut, attirant de nombreux insectes.

Sa croissance s'est achevée début juillet pour s'élever à plus de 5 m du sol !

Il s'agit d'une “petite” agave, Agave havardiana, qui fait partie de la dizaine d'espèces plus ou moins rustiques sous nos climats, sur les plus de deux cents espèces d'agaves, toutes originaires d'Amérique (États-Unis et Mexique).

À lire : Jardin : récolter les graines en août

Il aura fallu attendre 35 ans depuis le semis pour voir apparaître la fleur qui, hélas, sera suivie par la mort de la plante.

Les gens du Midi connaissent bien les agaves et leur floraison spectaculaire avec des hampes pouvant atteindre et dépasser 10 m ; mais il s'agit là de deux espèces énormes, avec des feuilles longues de plus de 1,50 m, Agave americana et Agave salmiana. Ces deux espèces ne sont pas très rustiques sous notre climat du Nord-Aveyron, mais qui sait à l'avenir, changement climatique oblige…

Par chez nous, Agave americana 'marginata' aux feuilles bordées de jaune est souvent cultivée en pot ou en terre, et l'on voit aussi parfois l'espèce type.

Le genre Agave (du grec agauê, féminin de agauos : magnifique) ne doit pas être confondu avec les Aloès, originaires d'Afrique du Sud.
Les agaves sont, au Mexique notamment, des plantes exploitées pour leurs vertus médicinales, alimentaires ou techniques. Les agriculteurs d'un certain âge connaissent bien la ficelle appelée sisal mais bien peu savent qu'elle provient d'un agave, Agave sisalana, du nom du port mexicain de Sisal d'où elle était principalement exportée*.

On connaît bien aujourd'hui le sirop d'agave, la téquila, le mezcal, produits issus de l'Agave tequilana.

* Cette ficelle remarquable, biodégradable, a été remplacée par de la ficelle en plastique ; logique, il vaut mieux faire travailler les pétroliers que les paysans ! Cette ficelle idéale pour divers travaux au jardin, est à récupérer absolument dans les vieilles granges… afin d'éviter bien des déchets plastiques dans nos sols…

À lire : Bozouls : l'association «Comité Causse Comtal» et l'eau des causses

à la une
Abonnement et lecture
Derniers articles